Graduate Profiles



Simon Fortier: Surmonter les obstacles!

Dans le cadre de notre série d’articles sur nos finissants, c’est au tour de Simon Fortier, gradué de la 2ème cohorte, de nous parler de son expérience. Simon a une histoire bien particulière et a dû surmonter des obstacles supplémentaires. Voici donc l’histoire d’un autre jeune qui s’est trouvé une passion chez CodeBoxx et qui a devant lui, des perspectives d’avenir extraordinaires!

Simon Fortier, 12 Septembre 2019

Il y a 2 ans, mon père avait entendu parler de CodeBoxx via les chroniques technos de Nicolas Genest sur RadioPirate.com et il m’en avait parlé pour solliciter mon intérêt. Au fil du temps, l’idée a fait son chemin si bien que je me suis inscrit à la 2ème cohorte qui débutait en Janvier 2019. Comme tout participant, j’étais à la fois craintif et stimulé face à ce défi. Je faisais cependant face à des défis supplémentaires en raison de ma dysphasie sémantique-pragmatique (trouble développemental du langage) et ma grande anxiété. Avant mon inscription, mon père et moi avions contacté la directrice de CodeBoxx, Nadya Fortier, pour lui présenter mon profil. Je peux aujourd’hui affirmer que cette discussion a été un élément déclencheur, alors que Nadya m’a mis en confiance immédiatement. Son ouverture, sa grande empathie et la compréhension de l’équipe de CodeBoxx ont été les éléments qui m’auront convaincu.

J’ai donc décidé que j’allais saisir l’opportunité qui s’offrait à moi. Le début de l’aventure (le programme Genesis) s’est fait relativement aisément. Je passais donc à l’étape suivante, soit le programme Odyssée. À partir de ce moment, les choses se sont corsées légèrement. Le stress m’habitait, mais heureusement avec détermination, j’ai réussi à me surpasser et à passer au travers. Ceci étant dit, un autre élément déclencheur de la cohorte fût lorsque j’ai été chef d’équipe. Jamais je n’aurais cru ça possible un jour ! C’est pendant cette semaine-là que j’ai réalisé que je changeais pour le mieux! Mon niveau de confiance s’améliorait de jour en jour. Dans les dernières semaines du programme, j’ai eu une crise d’anxiété intense. Heureusement, grâce au suivi que CodeBoxx offre, à l’intervention de Nadya et aux encouragements de Nicolas, j’ai surmonté mon anxiété et complété les dernières semaines du programme avec brio!

Une fois le bootcamp terminé avec succès, on m’a offert un emploi chez CodeBoxx. Cette opportunité me rend très heureux et me permet de me développer encore plus via les projets sur lesquels je travaille! À mon avis, CodeBoxx applique parfaitement le code du Bushido et elle peut en être très fière! Le code du Bushido est un code de chevalerie suivi autrefois par les samouraïs japonais dont les sept vertus sont : la droiture, le courage, la bienveillance, la politesse, la sincérité, l’honneur et la loyauté. Ce sont les valeurs que vous retrouvez chez CodeBoxx.

Pour conclure, je tiens à remercier toute l’équipe de CodeBoxx pour leurs initiatives, leur support moral sans limite et leur dévouement à leur mission sociale. Ils ont tout mon respect et ma reconnaissance! Merci CodeBoxx!

Raphaël Vallée: 1 step back, 2 steps forward

At CodeBoxx, we have graduates with various backgrounds. We have some who wanted to improve their situation, but we also have people who were not necessarily in a bad spot, they were just not happy with what they were doing and didn’t see a future for them in their previous line of work. It requires a high degree of courage to give up a job with great conditions and take a leap of faith of 4 months that will change your life. That’s what Raphaël Vallée did. Here is what he had to say!  

Raphaël Vallée, August 5th

April 2018

I am working at a head hunting company in Quebec city. I’ve been there for a year and a half, brought in good sales and I’m good at what I do. Because of internal issues, the Quebec director leaves and there it is : they offer me the job. After 4 years at Laval University, where I got my Bachelor’s degree in Industrial Relations, and only a year and a half at the firm, I was offered a job that would give me great responsibilities and very good conditions. The problem ? It felt empty. Was this where I wanted to settle in life ? No, it was not.

Like many other young adults my age, I went through college and University without really knowing what I wanted to do. The only thing I knew I wanted was to maximize time with my friends and minimize time at school. For me, school has always been easy, especially said soft skills, non-technical skills. I could write a report in one night or come up with an oral presentation with little to no preparation and still get good grades. After college, even with great grades, I still took the easy path and enrolled in a generic program, without really knowing what I wanted to do in life. Why do math if I don’t want to be a doctor or a chemist ?

Fast forward a few years later and here I am, with an amazing job offer, but still wanting to throw myself out the window.  There had to be a better way, a more meaningful way. Back to April 2018. A simple glimpse of what my future looked like if I continued this path was enough for me to make a decision. CodeBoxx.

I’ve always loved technology, and I was always curious about coding, artificial intelligence and information technology in general. When I evaluated my options for my big career move, no other option seemed better than CodeBoxx. A job in IT after an only 16 weeks of bootcamp ? Sir, yes sir.

It’s important to note that you can’t take anything for granted at CodeBoxx. Before being initiated to coding and information technology, you will learn that magic doesn’t exist and that the results you’ll get will only come after lots and lots of sweat, tears and mental transcendence.

August 2019

I now work as a web developer in one of the biggest companies in Quebec city, and I have never loved my job that much. I still pinch myself every day that I am paid to do this. It is very challenging on a daily basis and comes with a lot of discomfort, but I know what to do if I want to be up to the task. Nothing is better than loving what you do, knowing what you aspire to be and making every small step to get there. Hard skills don’t come cheap.

Andrew Roy: Seizing your breakthrough opportunity!

We are very happy to present the story of Andrew, 19, who represents exactly the young adult type of participants who can benefit from the opportunity CodeBoxx offers them. Andrew seized that opportunity and now, it is his time to shine! 

Before CodeBoxx

In June 2018, I finished High School and I was still unsure what to do next. Since I’ve always struggled in school, grade-wise and motivation-wise, I decided to take a year off to seek what my next step should be. I’ve always been around computers and had a knack for technologies, so working in a field related to those components was a no brainer. What scared me the most about pursuing programming in CÉGEP was the admission requirements to enter these programs. While I was still in High school and way before the 1st cohort, my dad told me about CodeBoxx. To be honest, I have to admit I was doubtful, it was too good to be true: a job guaranteed in just a couple of months! It felt like it couldn’t work. After seeing the success of the 1st cohort, I changed my mind and told myself: “Maybe it can work for me too”. Fast forward to December 2018: my dad and I applied together to participate in the 2nd cohort that was starting in January.

During CodeBoxx

Every single week of the bootcamp was hard for someone like me who never wrote a line of code before. Nothing was given out for free. Everything was earned. On the human side, the people that I’ve met there (coaches, participants, people working for CodeBoxx) were simply amazing. I’ve made many great friends and some of them are now my coworkers. If you haven’t written a line of code like me, be prepared to learn a lot in a very short period of time, there’s no messing around. You must be 100% dedicated. Most of the time, we stayed up until midnight on Fridays to make sure our weekly deliverable met all the requirements. In the last weeks of Odyssey, we had the chance to watch presentations from companies like Coveo, La Capitale, and Cybercat, where they all explained what they had to offer and the variety of fields a developer can work in if they work for them.

After CodeBoxx

Shortly after completing CodeBoxx, I was offered a job to work for them and as I’m writing this, I’ve never had more fun at work. The projects that we have the chance to work on are very interesting and motivating, our working environment is stimulating and my coworkers are great. If I had to make the choice again, I would register again right away without hesitation. Thank you CodeBoxx!

Jabir Uredi Saidi: De psychologue à développeur!

Dans le cadre de notre série d’articles sur nos finissants, nous avons demandé à Jabir, gradué de la première cohorte et maintenant développeur chez CGI, de nous faire un bref portrait de son parcours jusqu’à présent. Voici donc l’histoire d’un autre jeune qui s’est trouvé une passion chez CodeBoxx et qui a devant lui, des perspectives d’avenir extraordinaires!

Jabir Uredi Saidi, 10 juillet 2019

Depuis mon jeune âge j’ai toujours aimé la technologie. En fait, j’ai toujours aimé m’en servir, mais jamais je n’avais pensé à en faire quelque chose. J’ai eu mon DEC en psychologie au Cégep de Sherbrooke et me suis vu être accepté au BAC en psychologie à l’Université Laval. Ça ne m’a pas pris bien longtemps avant de me rendre compte que ce n’était pas pour moi.

J’ai donc pris une année sabbatique, suivi d’une autre année à me questionner sur qu’est-ce que je voulais vraiment faire de ma vie. Je savais que les technologies m’intéressaient (du côté utilisateur), mais je ne voyais pas d’opportunités d’en faire une carrière. Entre autres à cause des « longues études » que je n’étais plus certain de vouloir entreprendre.

Quand j’ai entendu parlé de CodeBoxx, j’ai tout de suite cliqué! Un programme intensif de 16 semaines qui me garantissait un emploi dans le milieu des technologies. J’ai donc entrepris par moi-même des démarches pour étudier un peu le codage afin de valider mon intérêt. Je suis immédiatement tombé en amour avec le domaine.

Étant une personne plus de type « doer », dès le début de CodeBoxx, je sentais que j’avais mis le doigt sur quelque chose. Que je venais probablement de trouver ce que j’allais faire de ma vie et que j’allais m’y plaire. Ce fût effectivement le cas et j’ai donc amorcé ma carrière dans les technologies chez CGI depuis Janvier 2019.

Merci CodeBoxx!

Le premier “1er” de l’histoire de CodeBoxx!

Avec le nombre d’histoires extraordinaires de finissants que nous avons, nous vous avons même pas encore présenté celle de notre champion de la première cohorte de l’histoire de CodeBoxx! On lui a donc demandé de nous décrire son cheminement!

Voici donc le parcours du premier “1er” de l’histoire de CodeBoxx.

Avant CodeBoxx

Dès mon enfance je m’intéressais à l’informatique et l’électronique. J’ai commencé la programmation sur mon VIC-20, je faisais déjà un peu d’électronique de base, dont lire des interrupteurs et contrôler des LED via le port d’expansion. Au GECEP je me suis dirigé en TSO (Technologie de Systèmes Ordinés) où j’ai principalement appris l’électronique numérique et la programmation de très bas niveau, assembleur, C (dépendant énormément du matériel sur lequel le programme tourne).

Mon travail était partagé entre le développement, la mise en route de circuit électronique et la programmation de microntrôleur pour faire fonctionner des composants électroniques. Les projets pouvaient ressembler à des « firmware » de périphériques ou de petits instruments électroniques avec clavier et écran.

Pendant CodeBoxx

Ce qui m’a attiré du programme de formation CodeBoxx, c’est l’intensité de la formation, 16 semaines de matière qui touche toutes les sphères de la programmation informatique d’aujourd’hui et de demain.

Les thèmes sont parfaitement sélectionnés pour nous apprendre les techniques qui sont en demande dans les emplois actuellement. Chez CodeBoxx on travail sur la dernière technologie et celle qui s’en vient. Avant CodeBoxx je faisais un peu de formation en ligne, mais je trouvais difficile de savoir ce qui était vraiment en demande, on peut facilement perdre du temps à se former sur une technologie qui est encore actuelle, mais peu en demande car déjà très maitrisé par la communauté de programmeur. Mon but n’était pas de compétitionner contre les séniors en programmation qui connaissent plein de technologies, mais de connaitre l’essentiel des nouvelles technologies pour avoir un profil intéressant pour un employeur tourné vers l’avenir, qui a besoin de gens pour ses nouveaux produits.

C’est ce que Codeboxx offre, un programme qui se tient à jour à chaque cohorte.

Après CodeBoxx

CodeBoxx c’est comme une grande famille, on passe 16 semaines, jour, soir et parfois nuit à travailler ensemble pour progresser et livrer à temps notre projet hebdomadaire. Dans la deuxième partie du programme, on commence à rencontrer les entreprises partenaires. Toutes des entreprises de qualité qui recherches des personnes avec le profile CodeBoxx, des gens travaillants qui ont le gout de continuer à apprendre.

Pour ma part j’ai décroché un emploi de développeur R&D chez Coveo. Je côtoie à tous les jours des gens passionnés comme moi, qui aime le travail qu’ils font, nous travaillons avec un paquet de technologies dans le « cloud », nous utilisons les meilleurs pratiques de l’industrie. Les gens sont fiers de voir le résultat de leur travail et les défis qu’ils surmontent.

Nous avons déjà une petite communauté CodeBoxx qui se forme. C’est toujours plaisant de voir les nouveaux arriver.

Merci à toute l’équipe de CodeBoxx d’avoir rendu ceci possible.

L’histoire de Danny: De la cuisine à l’ordinateur!

Encore une fois, lors de la 2ème cohorte de CodeBoxx, une panoplie d’histoires dignes de mention sont nées. Parmi celles-ci, celle de Danny, ancien entrepreneur en restauration devenu programmeur. Il nous raconte son histoire.

Danny Gauthier, 30 mai 2019

Avant CodeBoxx

J’ai terminé mes études secondaires à l’été 2000 à Saint-Jean-Sur-Richelieu. Mes notes à l’école secondaire étaient correctes, mais sans plus. Probablement parce que j’étais trop distrait par ma vie d’adolescent. Je ne savais vraiment pas quoi faire de ma vie à ce moment. J’ai donc fini par faire une année d’étude en massothérapie avant de faire deux sessions de CÉGEP en science humaines pour finalement déménager à Québec. Normalement, j’aurais dû y continuer mes études, mais je ne l’ai pas fait. J’ai plutôt passé d’emploi en emploi, de l’épicerie à la pharmacie en passant par les restaurants. Ce parcours m’a amené à démarrer ma propre entreprise de traiteur spécialisé en boîtes à lunch en entreprise en 2012. Je me souviens d’ailleurs d’une livraison qui m’avait marqué de par la beauté et la classe des bureaux de l’entreprise en question….cette entreprise, c’était Coveo!

J’ai toujours aimé l’informatique et la résolution de problèmes associés aux configurations et à l’implémentation de différentes solutions. Au cours de mes années comme entrepreneur, j’ai mis en ligne un site web et différentes solutions informatiques, même si je n’avais aucune connaissance en programmation. C’est la raison pourquoi, une fois mon aventure en restauration terminée, j’ai été grandement attiré par une carrière en technologie. J’ai donc amorcé mon apprentissage de façon autodidacte sur internet.

La Formation

Dans la semaine suivant ma décision de vendre mon entreprise, j’ai vu un article dans le journal qui faisait mention de l’école de technologie CodeBoxx. Le modèle d’affaire semblait parfaitement adapté pour que je puisse me lancer à tête baissée dans une future carrière en technologie. J’ai donc décidé de tenter le coup.

Nous voilà donc, le 21 Janvier 2019, première journée de la cohorte #2 avec mes futures collègues qui allaient devenir mes frères d’armes. Dès le départ, le type de formation, émulant un contexte en entreprise m’a mis en confiance. Le rythme effréné de la formation est venu m’encourager à donner mon maximum, car je savais qu’après les 16 semaines de formation éreintante, un emploi payant en technologie m’attendait.

Semaine après semaine, j’assimilais constamment des notions que jamais je n’aurais eu le réflexe d’apprendre par moi même, comme le travail d’équipe en utilisant un gestionnaire de code source, la gestion de bases de données, l’implémentation d’un système d’information complet, ce qu’est un API, comment en créer et comment interagir avec ceux de plusieurs compagnies connues dans le marché, etc.

Je suis donc vraiment très fier de mon choix d’avoir fait confiance à l’école CodeBoxx pour me guider dans mon apprentissage des technologies. Ce dernier étant loin d’être terminé, une des choses que l’on apprend, c’est que l’apprentissage est perpétuel en technologie et donc, ça pourra se poursuivre en entreprise avec une base d’outils solides que j’ai développé chez CodeBoxx.

L’après CodeBoxx

Dans les dernières semaines de la formation de CodeBoxx, les entreprises partenaires ont commencé à s’intéresser à nos nouvelles compétences, mais aussi à notre attitude au travail. Ces entreprises savent très bien qu’afin de bien réussir une formation comme celle de CodeBoxx, il faut que les étudiants fassent preuve d’engagement et d’une grande persévérance. Maintenant que la formation est terminée, j’ai l’impression que mon apprentissage est réellement amorcé. J’ai encore tout à apprendre pour devenir la meilleure version de moi-même possible et ce sera encore très intense, mais cela ne me fait pas peur!

Alors voilà, le moment ultime de cette aventure: Il y a moins d’un an, j’ai livré des repas chez Coveo, et aujourd’hui, j’ai signé un contrat de développeur Javascript pour cette même entreprise, soit une des entreprises en technologies les plus en vue de tout le Québec!

En d’autres termes, en l’espace de 6 mois, je serai passé d’entrepreneur en restauration à développeur chez Coveo! Un changement de carrière aussi drastique, ça peut être intimidant, mais avec les outils et les attitudes que j’ai développé chez CodeBoxx et ma grande détermination, je suis prêt à faire face à n’importe quels défis qui se présentera sur mon chemin!

Merci CodeBoxx! Merci à toute l’équipe!

Portrait d’un gradué: David Boutin

Dans le cadre de notre série de profils sur les gradués de CodeBoxx, nous avons demandé à David Boutin de nous pondre un petit texte sur son histoire et ses motivations. Faisant parti du segment “Réorientation de carrière”, David est une très belle inspiration pour ses collègues et de futurs participants.

David Boutin, 17 mai 2019

Je suis entré dans les Forces à 17 ans (2002), durant ma carrière j’ai eu à être déployé comme fantassin à 2 reprises en Afghanistan. J’ai toujours aimé l’action, l’adrénaline et le fait de faire quelque chose de concret sur le terrain. Croyez-moi, j’en ai eu pour mon argent durant les 2 déploiements! Suite à des raisons médicales, j’ai du me retirer des Forces en 2016.

Cependant, j’avais toujours un appétit pour des défis stimulants et qui me permettraient de faire du concret. Je voulais à nouveau me retrouver au coeur de l’action, vivre une expérience “hands on” puisque c’est ce qui me motivait au plus haut point!

J’ai toujours aimé le domaine des technologies sans vraiment m’y consacrer. Quand j’ai entendu parler du concept de bootcamp de l’école de technologie CodeBoxx, j’ai immédiatement été attiré.

CodeBoxx rejoignait mes valeurs, on pouvait voir clairement qu’il mettait en avant un concept de “doers”, d’expériences au coeur de l’action. Un bootcamp stimulant et avec une ligne directrice claire: on va droit au but!

Aujourd’hui, grâce à CodeBoxx, je travaille dans le domaine des T.I et j’adore le choix que j’ai fait! En aucun temps je regrette mon choix.

Merci CodeBoxx!

——-

Visitez notre site web: CodeBoxx

Facebook

Instagram: @codeboxxschool

Du volant au clavier : Le début d’une nouvelle vie chez Coveo

Article de Antonine Yaccarini publié le 4 mars 2019 pour le site web de Coveo.

Si j’avais demandé à Steve Collard de nous raconter comment il s’est rendu chez Coveo, il aurait presque pu me répondre « en camion ». C’est que de 2003 à 2018, il était camionneur, tout comme son père l’avait été avant lui. À l’occasion de son Onboarding – trois jours intensifs d’intégration des nouveaux employé.es Coveo dans nos bureaux de Québec – j’ai eu envie de lui demander comment il est devenu spécialiste en soutien technique.

Sur la route

Jeune, Steve Collard s’intéressait déjà à l’informatique « C’était les débuts de l’Internet. Plusieurs amis s’inscrivaient en informatique mais moi, je n’aimais pas trop l’école. J’ai opté pour un cours de quatre mois pour devenir camionneur. […] Mais quand quelqu’un avait besoin d’aide avec son ordinateur, c’était toujours moi qu’on allait voir! », m’explique l’homme de 37 ans.

Il a notamment travaillé dans le domaine du transport alimentaire, mais c’est surtout avec Truck’N Roll, une entreprise assurant le transport d’équipement de tournée pour des bands et musiciens, qu’il a passé la majorité de sa carrière. Cette carrière l’a poussé à sillonner l’Amérique du Nord, du Texas à la Colombie-Britannique, en passant par les Grands Lacs et la Californie.

Au cours de ces années, il a contribué à de nombreuses grosses tournées nord-américaines. Les longues journées et les nuits blanches font partie du lot quotidien des conducteurs de camions de tournées. Bien qu’il soit parti de chez lui entre 300 et 320 jours par année, il aime sa profession : « Tu vois beaucoup d’endroits, tu rencontres plein de monde », indique Steve. Sa ville préférée? « Denver et San Francisco, à égalité ».

Son employeur étant en croissance, il a rapidement progressé et il est devenu leader après seulement un an au sein de l’entreprise. « J’observais la personne en charge. Je voulais m’améliorer », m’explique Steve.

L’appel du code

C’est en écoutant Nicolas Genest, CEO et fondateur de CodeBoxx, parler de son projet de bootcamp de programmation à la radio que Steve a commencé à vouloir changer de vie. CodeBoxx se voulait une école intensive visant à apprendre les différents langages de programmation à des non-initiés pendant 14 semaines.

Mais pour faire ça, le père de deux enfants devait mettre de l’argent de côté afin de quitter son emploi, louer un logement à Québec durant quatre mois tout en continuant de contribuer aux besoins de sa famille.

Il a reçu le soutien inconditionnel des gens autour de lui, notamment de la part de sa copine, qui l’encourage dans tout ce qu’il entreprend. « Si ce n’était pas d’elle, je n’aurais jamais pu me lancer dans cette aventure-là. Elle ne m’a jamais mis de pression, elle ne m’a jamais fait sentir mal d’être loin de la maison, autant à l’époque des tournées qu’à celle de CodeBoxx », indique-t-il.

Faire le saut

Au printemps 2018, on annonce que l’école sera lancée au cours de l’année et Steve apprend qu’il y est admis. « C’était très clair avec mon employeur que dès que CodeBoxx commençait, je quittais mon emploi », explique Steve. « Je ne m’attendais à rien vraiment. Je me suis dit : j’y vais et on verra bien! Je vais faire le plus possible ».

C’est donc à l’automne 2018 que la première cohorte de CodeBoxx débute sa session. Dans sa carrière de camionneur, Steve était confortable, sa compétence était reconnue. En s’inscrivant, il retournait carrément en bas de l’échelle. Le bootcamp s’avère même assez difficile par moment. Il me confie avoir failli quitter à au moins deux reprises. « On se sent un peu « pitchés » là-dedans! On te pousse à faire des trucs, et souvent tu n’as aucune idée comment faire. Et évidemment, tu te compares aux autres ».

Je lui demande comment il a surmonté ces difficultés. Il me répond : « Je n’ai jamais rien lâché. Je me suis dit que j’allais continuer, aller jusqu’au bout et ça donnera ce que ça donnera! ».

En entrant dans le processus d’embauche de Coveo, il s’est rendu compte qu’il n’était pas au bout de ses peines! Puisque pour être embauché, il faut réussir un test technique. Et puisque notre mantra est « si c’était facile, quelqu’un d’autre l’aurait fait », vous vous doutez que le test a un bon niveau de difficulté.  « Je me suis demandé si j’allais être capable. J’avais reçu d’autres offres, mais c’était vraiment Coveo qui m’intéressait le plus ?».

« Quand j’ai été embauché, j’ai appris que je devais venir un autre mois à Québec! Heureusement que ma blonde est compréhensive », dit-il. «Pendant CodeBoxx, j’étais retourné chez moi seulement trois fois en quatre mois », a-t-il ajouté.

Living the #CoveoLife!

Ayant joint les rangs de Coveo en janvier 2019, il n’a pas encore eu le temps de faire véritablement le tour de son nouvel environnement de travail. Mais à date, il apprécie l’équipe et l’ambiance. Pour illustrer son propos, il me donne l’exemple du Donuts  – Chez Coveo, quand on ne verrouille pas son écran d’ordinateur, quelqu’un écrit « Donut » sur Slack. La punition? Apporter une douzaine de beignes aux collègues  – À noter qu’à ce jour, Steve a été « donuté » une seule fois.

Mais la #Coveolife, ce n’est pas seulement la salle de sport, les beignes ou la table de babyfoot. « Ici, le  monde travaille. Oui c’est le fun, les collègues sont « smattes », mais quand c’est le temps de travailler, ils travaillent et ils sont à leur affaire! », m’explique Steve. Il apprécie aussi l’équilibre entre autonomie et encadrement. « Tu es laissé à toi-même mais tu as tout ce dont tu as besoin pour le faire. Patrick [directeur au soutien technique] est venu me voir au moins une fois par jour ».

À la question « tu te vois où dans cinq ans? », il me dit qu’il ne sait jamais trop quoi répondre à ça, mais que depuis son arrivée chez Coveo, il a remarqué que ses collègues ont tendance à se spécialiser. « Je vais regarder ce que j’aime le plus faire, et je vais tenter de devenir un expert là-dedans!», a-t-il conclu.

Intéressé à faire comme Steve et suivre la formation CodeBoxx pour vous trouvez des opportunités aussi extraordinaires que celle-là? Inscrivez-vous dès maintenant au https://codeboxx.biz

Articles
























As seen in